DANS LE REGARD DE DIEU N° 12 – VUE DU CANIGOU : SUR LE MONDE ET SUR L’EGLISE

 

VUE DU CANIGOU : SUR LE MONDE ET SUR L’EGLISE

LE DINOSAURUS POLITICUS… Paléontologie de la politique…

Share Button

#LA MEMOIRE D’UNE GAILLETTE N°9 « #Récit autobiographique – #Un chemin vers Dieu » de #Pierre Aubrit Saint Pol

« Dans une jungle et sans boussole je me retrouvais seul, une société dure ou chacun est un concurrent pour l’autre et contre laquelle je ne savais pas me protéger, pas plus que me défendre du mal que l’on pouvait me faire ni comment faire le bien. Je n’avais pas de métier, de formation, je ne pouvais prétendre qu’à de petits emplois et pourtant quelque chose me disait de ne pas m’en inquiéter. Mais pouvais-je faire crédit à une intuition ?  »

Continuer la lecture

Share Button

LES VERTUS THEOLOGALES : LA FOI – L’ESPERANCE – CHARITE de PIERRE-CHARLES AUBRIT SAINT POL

 

LES VERTUS

LA FOI – L’ESPERANCE – CHARITE

« Le mot vertu subit un rejet culturel, car il est associé à la morale. Le concept de la morale ne passe plus dans notre culture décadente. La manipulation sémantique qu’il subit y compris dans les discours de l’Eglise illustre cette involution, en effet, l’emploi du mot éthique en souligne le fait puisqu’il ne devrait s’appliquer qu’à la science de la morale dans un groupe humain déterminé alors qu’il est utilisé comme substitut au mot morale pour ne pas heurter la sensibilité d’une majorité qu’on a bien du mal à identifier. Qui plus est, les concepts de vertu et de morale sont attachés à la religion, aux dogmes, à la discipline spirituelle alors qu’il s’agit d’abord de la Loi Naturelle universelle, les fondements sont identiques à tous les peuples et cultures. La Révélation Chrétienne sans rejeter la Loi Naturelle pas plus que les Dix Commandements libère l’homme du formalisme moral pour lui proposer la Loi supérieure de l’Amour de Charité. »

DANS LE REGARD DE DIEU : LES VERTUS THEOLOGALES

Continuer la lecture

Share Button

DANS LE REGARD DE DIEU N° 11 – LES VERTUS DE FOI ET D’ESPERANCE

« Nous devons ici observer un fait : Dieu ne sait pas ce qu’est la foi, c’est pourquoi Jésus s’étonne de la foi du centurion. Dieu ne sait pas ce qu’est la foi, car Il est la Vérité, Il est ce qu’Il est, Dieu.
C’est la foi de Marie qui attire la Très sainte Trinité, c’est la foi de la Sainte Famille et l’Union d’Amour des trois Cœurs Sacrés qui permet que s’active en saint Jean le Baptiste la vertu de Charité qui va embraser toute l’Eglise et c’est le recul de cet amour qui va justifier l’Avertissement, la purification et la venue du Fils de l’Homme sur la nuée. »

Continuer la lecture

Share Button

« PROMETHEE » OU LA SCIENCE SANS CONSCIENCE CHAPITRE III LE BIEN COMMUN

« Le Bien Commun est la conséquence de la nécessité qui s’impose à l’humanité dès l’expulsion d’Adam et Eve du Jardin d’Eden, car si les trois Puissances n’ont pas été concernées par la faute originelle puisqu’elles procèdent de Dieu et qu’en Dieu il n’y a pas de cause diminuante, les conséquences se sont portées sur les possibles dont fait partie la volonté. Le Bien Commun n’est atteint, que si l’homme est totalement pris en compte ainsi que toute la Création. L’homme total, c’est l’individu pris dans tous ses possibles, dans tout ce qu’il est, c’est-à-dire dans sa vérité, ce qui induit qu’il soit considéré dans la totalité de sa nature et en communion avec toute la Création puisqu’il en est la Cause Finale Naturelle. »

PROMETHEE

Continuer la lecture

Share Button