Archives de catégorie : TOUS LES ARTICLES

#LA MEMOIRE D’UNE GAILLETTE N°9 « #Récit autobiographique – #Un chemin vers Dieu » de #Pierre Aubrit Saint Pol

« Dans une jungle et sans boussole je me retrouvais seul, une société dure ou chacun est un concurrent pour l’autre et contre laquelle je ne savais pas me protéger, pas plus que me défendre du mal que l’on pouvait me faire ni comment faire le bien. Je n’avais pas de métier, de formation, je ne pouvais prétendre qu’à de petits emplois et pourtant quelque chose me disait de ne pas m’en inquiéter. Mais pouvais-je faire crédit à une intuition ?  »

Continuer la lecture

LES VERTUS THEOLOGALES : LA FOI – L’ESPERANCE – CHARITE de PIERRE-CHARLES AUBRIT SAINT POL

 

LES VERTUS

LA FOI – L’ESPERANCE – CHARITE

« Le mot vertu subit un rejet culturel, car il est associé à la morale. Le concept de la morale ne passe plus dans notre culture décadente. La manipulation sémantique qu’il subit y compris dans les discours de l’Eglise illustre cette involution, en effet, l’emploi du mot éthique en souligne le fait puisqu’il ne devrait s’appliquer qu’à la science de la morale dans un groupe humain déterminé alors qu’il est utilisé comme substitut au mot morale pour ne pas heurter la sensibilité d’une majorité qu’on a bien du mal à identifier. Qui plus est, les concepts de vertu et de morale sont attachés à la religion, aux dogmes, à la discipline spirituelle alors qu’il s’agit d’abord de la Loi Naturelle universelle, les fondements sont identiques à tous les peuples et cultures. La Révélation Chrétienne sans rejeter la Loi Naturelle pas plus que les Dix Commandements libère l’homme du formalisme moral pour lui proposer la Loi supérieure de l’Amour de Charité. »

DANS LE REGARD DE DIEU : LES VERTUS THEOLOGALES

Continuer la lecture

« PROMETHEE » OU LA SCIENCE SANS CONSCIENCE CHAPITRE III LE BIEN COMMUN

« Le Bien Commun est la conséquence de la nécessité qui s’impose à l’humanité dès l’expulsion d’Adam et Eve du Jardin d’Eden, car si les trois Puissances n’ont pas été concernées par la faute originelle puisqu’elles procèdent de Dieu et qu’en Dieu il n’y a pas de cause diminuante, les conséquences se sont portées sur les possibles dont fait partie la volonté. Le Bien Commun n’est atteint, que si l’homme est totalement pris en compte ainsi que toute la Création. L’homme total, c’est l’individu pris dans tous ses possibles, dans tout ce qu’il est, c’est-à-dire dans sa vérité, ce qui induit qu’il soit considéré dans la totalité de sa nature et en communion avec toute la Création puisqu’il en est la Cause Finale Naturelle. »

PROMETHEE

Continuer la lecture

LA MEMOIRE D’UNE GAILLETTE N°8 1969 à 1977 « Récit autobiographique : Un chemin vers Dieu »

 

« Je traversais la France sans que je sache quoi faire de ma vie, sans moyen de la construire. Je ne devais pas me retourner. Je partais dans l’oubli. Les tunnels parcourus m’annonçaient une vie en clair-obscur avec des périodes de nuit intense. Il se dit que les grands hommes ont un destin peut-être, mais sans celui des petites-gens qu’en serait-il vraiment pour eux, ces grands hommes ? Je n’avais dans ce train aucun destin dessiné à ma compréhension, mais une certitude, s’il devait s’en dessiner un, il serait plein de peines et peu ordinaire. De cette intuition, j’en avais la certitude intime. »

Continuer la lecture

LA MEMOIRE D’UNE GAILLETTE N°7 « Récit autobiographique : Un chemin vers Dieu »

« On mesure l’importance d’un évènement à ses effets dans le temps comme des ondes scalaires qui n’auraient pas de fin. Certains d’entre eux qui écrivent l’histoire résultent  d’un petit incident qui a pu se produire des années ou des siècles avant. C’est ce qui m’adviendra. Dans l’année de mes douze ans, je fis une démarche irrationnelle, elle déterminera ma vie. […]Le Mois de Marie arriva ! La météo clémente, Dieu nous faisait la grâce de belles journées ensoleillées, des soirées douces. Un bel été s’annonçait. Je décidais de participer à la récitation publique du chapelet. Une démarche spontanée. La Sainte Vierge Marie m’appelait. J’étais le seul enfant au milieu de vieilles dames et demoiselles au pied de la statue de Marie. Ces dames revêtues de long manteau noir, coiffées de chapeaux vieillots comme ces Demoiselles au Chapeau Vert. »

Mémoire7e

Continuer la lecture